SONOURUS SCORE






(SPANISH) = "La composición musical con “Partitura Sonora” nos habla de la transformación de una energía a otra. De la transferencia y de la descodificación de mensajes electronicos o electroacusticos en forma de energía sonora acustica (instrumental). Un conjunto de sonidos electrónicos dispares configuran un discurso basado en morfologías sonoras. Los instrumentistas estarán equipados con unos buenos auriculares. Los músicos reciben en escena y en tiempo real la información electrónica directamente en sus oídos gracias a un patch MaxMSP que gestiona toda la información. En ese preciso instante su sistema cognitivo se pone en pleno rendimiento intentando analizar y descodificar las informaciones sonoras que configuran el torrente sonoro que les llega a su sistema auditivo. Los instrumentistas se encuentran desbordados, saturados de información; solo tienen una opción, SELECCIONAR. Los instrumentistas han de transformar lo que escuchan y perciben auditivamente en energía acústica gracias a su instrumento. Los instrumentistas han de escuchar la materia sonora en tiempo real, y con el mínimo de retardo posible, han de fijarse en algunos de los parámetros sonoros que configuran el sonido que les llega para traducir esa energía en energía acústica instrumental. Cuando un sonido llega a los oídos de un instrumentista el músico queda atrapado por la primera impresión sonora de tal forma que por acción-reaccion el instrumentista reacciona con lo que a primera escucha le llama mas la atención. Una vez esta primera impresión ha pasado el instrumentista puede navegar y moverse en el interior del sonido que escucha para tomar otras partes del sonido. A su vez es muy importante cada uno de los instrumentistas escuchen los sonidos solo por un auricular, esto les permitirá escuchar el resto de instrumentas con mas claridad. En función de lo que cada instrumentistas escucha del resto de músicos escogerá uno o otro parámetro del sonido para que el resultado global sea mas interesante".


(FRENCH) = "Le but est de procéder à une interprétation artistique basée sur l’idée de transduction. Il s’agit, concrètement, de «transformer» l'énergie électroacoustique en énergie acoustique au moyen de l'instrument mécanique. [À la différence du principe acoustique, il s’agirait ici d’une sorte de transduction contenant une information intentionnelle et qui ferait relation entre la restitution électroacoustique et l’interprétation instrumentale]. Chaque instrumentiste est équipé d'oreillettes utilisées pour percevoir les sons et les séquences sonores composées en studio. Alors que des sons isolés ou les séquences, relativement complexes, sont diffusés au travers des oreillettes, l’instrumentiste écoute dans un premier temps le contenu musical, puis procède à une étape d’imitation des morphologies sonores et des différents timbres qui lui sont instrumentalement accessibles. Le but n’étant pas une restitution à l’identique, ce qui serait à la fois trivial et impossible, c’est l’interprète qui doit trouver une inspiration dans l’information délivrée. L'instrumentiste est libre de choisir, parmi les sons ou séquences entendues en temps réel, sur quels paramètres il souhaite intervenir dans son propre champ instrumental. Ces paramètres comprennent les hauteurs perçues, les variations rythmiques, ainsi que d’autres caractéristiques par exemple liées à la granularité. Il y a une traduction subjective qui caractérise un moment musical, en quelque sorte configuré par le son entendu. De plus, il y a la possibilité de se limiter à intervenir sur un seul paramètre du son, ou encore de se focaliser sur une quelconque caractéristique propre à un son particulier. Le choix du paramètre doit être différent à chaque son ou séquence entendue, et le choix du paramètre peut aussi être changé pendant l’interprétation d'un son. La seule consigne que l’interprète doit absolument respecter c'est de commencer à jouer quand il entend le son et de ne pas jouer quand le son entendu sur les oreillettes s'est arrêté. En même temps, il doit écouter les autres musiciens pour choisir un autre paramètre du son entendu. En définitive, la partition sonore c'est pour moi une façon de composer la structure d'une improvisation dirigée, contrôlée. Il s'agit pour l’instrumentiste d'évoluer dans une situation d'écoute très active où de nombreuses décisions doivent être prises. J'ai développé l'idée de partition sonore dans plusieurs pièces avec ou sans SMI. Par la suite je vais exposer les pièces où le SMI prend certaines décisions pour envoyer ou construire le discours de l'improvisation sonore et musicale".



More examples: